Machines à sous vidéo
Contact webmaster


six × = 18

À la tombée de la nuit
Boomanji
Mamma mia
Un monstre sous le lit
Ned et ses amis
Au cinéma

La législation française est depuis quelque temps sous les feux de la rampe, en raison des efforts faits pour rendre plus légères les charges fiscales imposées aux opérateurs en ligne.

La loi qui a été adoptée le 12 mai 2010 a autorisé les paris en ligne dans le pays, mais a également été responsable de l’introduction d’une taxe de 2% sur le poker et une taxe de 7,5% sur les paris en ligne.

Mais le nombre d’opérateurs qui se plaignent que ces taux sont trop élevés est considérable. Ils protestent que l’activité concurrentielle dans ce domaine est de cette façon affectée.

Il y a des militants, des sites en marque blanche, ainsi que les sites sportifs qui font valoir que la loi existante a un impact négatif sur le marché français, en le rendant plus coûteux et moins attrayant pour les consommateurs. Les experts avertissent que pour encourager de nouveaux opérateurs à entrer sur le marché français, on devra faire des révisions très sérieuses.

L’Association Française du Jeu en Ligne (AFJEL) récemment constituée, a suscité encore plus de débats et les militants ont intensifié les efforts pour faire entendre leurs voix. Maintenant, l’AFJEL exhorte le gouvernement à envisager un nouvel impôt basé sur le produit brut des activités, et non sur les dépenses.

Dans l’intervalle, François Baroin, le ministre du Budget, a assuré que le gouvernement ne présenterait pas de réformes fiscales avant 2012.

Les vues d’ARJEL (Autorité de Régulation des Jeux en Ligne) sont plus optimistes. L’Autorité a suggéré qu’on entrevoyait des améliorations dans le proche avenir.

Jean-François Vilotte, président ARJEL, a dit que certaines modifications pourraient être présentées lors de l’année suivante. On n’a pas encore fourni de détails concernant le taux d’imposition.

888 Poker a récemment fait du poker en ligne une expérience encore plus réaliste, en introduisant les nouvelles « PokerCam Tables ». Cette innovation permet aux joueurs de voir leurs adversaires en direct, pendant le jeu. Cette fonctionnalité utilise la technologie webcam, et pour participer à une telle partie de poker, vous aurez besoin d’une caméra web pour que vos adversaires puissent vous voir aussi.

L’idée des tables PokerCam pourrait changer le poker en ligne. L’une des grandes différences entre le poker en ligne et son homologue aux tables réelles a toujours été l’incapacité de voir ses adversaires. Cela signifie qu’on ne peut pas dire si un adversaire sourie ou s’il est baigné de sueur. Maintenant, grâce à PokerCam, vous serez en mesure de voir exactement l’état de votre adversaire, et en certains cas, cette information pourrait augmenter votre capacité à prendre les bonnes décisions.

Plus vous avez des informations sur les gens contre lesquels vous jouez, mieux vous gérez le jeu. Au moins, vous saurez si votre adversaire est de sexe masculin ou féminin, le groupe d’âge auquel il appartient et l’attention qu’il prête au jeu. Tous ces détails pourraient vous aider à ajuster la façon dont vous jouez.

Bien sûr, puisque votre propre visage sera vu en direct par vos adversaires via votre propre webcam, toutes ces informations seront disponibles pour des tiers. Cela signifie que vous devrez être plus conscient de la façon dont vous vous présentez pendant le jeu et faire un effort pour dissimuler vos sentiments ou afficher des émotions qui vous aident à tromper les adversaires. Par exemple, vous pourriez faire un effort pour paraître calme à l’extérieur, alors que votre état réel est l’un de nervosité, et vice versa.

Bien que la capacité de voir vos adversaires change un peu le jeu, c’est l’aspect social du jeu qui sera véritablement révolutionné. Maintenant, vous serez en mesure de voir comment les gens réagissent lorsque vous communiquez avec eux, ce qui rendra les amitiés et les rivalités encore plus « réelles ».

« Nous avons pris un bon départ en 2011″, a annoncé Mor Weizer, chef de direction de la société Playtech Cyprus Ltd. La déclaration reflète la croissance des revenus enregistrée par le développeur de solutions de jeu dans le premier trimestre de l’année.

Les recettes brutes de Playtech ont augmenté de 7%, à 46.6 millions €, par rapport au même trimestre de l’an dernier – 43,4 millions €. Le revenu total a augmenté de 2%, à 36,7 M € à partir de 36,1 millions. Hors France, le chiffre d’affaires a augmenté de 16%.

Playtech s’attend à ce que le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (BAIIA) soit d’au moins 26.5 M € pour le premier trimestre.

Les revenus provenant des casinos alimentés par Playtech ont augmenté de 23%, à 25.4 M €, alors que les recettes de bingo ont doublé, atteignant 3,5 M €, grâce à l’acquisition de Virtue Fusion. Toutefois, les recettes ont chuté de 25% dans le secteur du poker, baissant à 5,7 M €.

A la fin du mars, Playtech avait 65 M € en cash, à la suite des paiements pour Virtue Fusion Ltd, Gaming Technology Solutions plc, et Intelligent Gaming Solutions Ltd. Ce chiffre ne comprend pas le paiement d’un dividende de 23,3 M €.

Mor Weizer a averti: « Bien qu’il reste une certaine incertitude à court terme quant à l’élaboration de la réglementation dans un certain nombre de juridictions, comme l’Allemagne, nous continuons à investir dans notre positionnement à long terme. » Il a ajouté que la compagnie attendait le lancement des contrats Videobet au Royaume-Uni, la légalisation des casinos en ligne en Italie, et qu’on était en pourparlers avec les derniers titulaires de licences en Europe.

Weizer a aussi ajouté: « Les mesures prises le 15 avril par le Ministère américain de la Justice contre certains sites de poker ont suscité une instabilité considérable, mais Playtech estime qu’à long terme, cette action aura un effet positif pour les réseaux iPoker dans le segment « dot.com » et aussi sur les nouveaux marchés européens. »

Le domaine Gambling.com, qui possède l’un des meilleurs mots-clés dans son nom, étant décrit comme le domaine de jeu parfait, a récemment été vendu. Le nom de domaine était la propriété du groupe britannique Media Corporation et pour l’instant, son nouveau propriétaire a choisi de rester anonyme. La vente a été négociée sur le marché de domaines Sedo.

Le prix que Gambling.com a obtenu est de 2,5 millions de dollars. A l’avis de certains experts, le prix est très réduit pour un nom de domaine d’une telle valeur. En fait, lorsque le groupe Media Corporation a acheté Gambling.com en 2005, ils ont payé la somme immense de 20 millions de dollars.

Six ans plus tard, ils ont reçu un peu plus de 10% de leur prix d’achat. En janvier 2011, Media Corporation a indiqué un prix de réserve de 9 millions de dollars. Toutefois, Justin Drummond, chef de la direction de Media Corporation, s’est déclaré très satisfait de la vente et du prix reçu.

Drummond a expliqué que la vente de Gambling.com allait considérablement accroître les réserves de trésorerie du groupe. « Nous avons vu plusieurs opportunités d’acquisitions intéressantes sur le marché du jeu et des espaces publicitaires en ligne. La vente de Gambling.com a donné au groupe des ressources financières suffisantes pour poursuivre ces opportunités d’acquisition. »

Il faut quand-même expliquer la chute du prix de marché de Gambling.com. Il semble que l’une des principales raisons soit l’UIGEA (Unlawful Internet Gambling Enforcement Act). Media Corporation a acheté ce domaine lorsque le marché des jeux en ligne aux États-Unis était à son apogée. Après l’adoption de l’UIGEA, les choses sont allées de mal en pis. De nombreux opérateurs de jeux en ligne et autres fournisseurs de services ont quitté le marché américain. Un autre facteur dans la faible évaluation du domaine Gambling.com a été Google. En 2007, Google a imposé une pénalité sur ce nom de domaine, levée à peine en 2009. Ceci a conduit à une marge brute du domaine de plus de 60%.

Deux autres grands domaines de jeu en ligne ont été vendus en 2010. Les deux avaient d’excellents mots-clés. PokerCompany.com a acheté Poker.org pour 1 million de dollars. A cette époque, on disait que les noms en domaine en « .org » entraînaient généralement des prix plus bas que les « .com ». Une transaction à profil plus élevé a été l’achat de Slots.com, par la marque Bodog, pour 5,5 millions de dollars.

L’identité du nouveau propriétaire de Gambling.com sera certainement révélée en temps voulu.

Small IZ Beautiful, le premier site d’emploi et de stage dédié aux PME, a annoncé le lancement d’un tournoi de poker censé « connecter » les entrepreneurs et les étudiants. Le PME Poker Tour aura lieu à divers endroits à travers la France entre avril et juin 2011. Les joueurs seront sélectionnés parmi les élèves et les étudiants des écoles secondaires et 19 universités, via des satellites qui seront organisés à plusieurs endroits.

La première édition du PME Poker Tour sera divisée en deux étapes. La première étape est la phase de qualification pour tous les élèves et étudiants des établissements participants. Il sera composé de dix tournois live qui seront joués dans leurs écoles et universités et de six autres tournois allant être joués en ligne sur le site du partenaire de l’événement. On s’attend à un nombre de 800 participants, dont 80 occuperont les places nécessaires à la qualification dans la grande finale de Paris.

C’est au cours de la deuxième phase que les 80 étudiants qualifiés seront en compétition directe avec 20 dirigeants de PME. Au cours de la phase finale de la compétition les étudiants auront donc la chance de parler avec certains des dirigeants de PME. L’inscription pour l’événement est gratuite et c’est une excellente occasion pour les jeunes apprentis d’avoir un premier contact avec certains de leurs potentiels employeurs.

L’événement sera parrainé par Chilipoker.fr et le gagnant de l’événement remportera 1000 € et laissera probablement une bonne impression sur de nombreux dirigeants de PME. Si un entrepreneur arrive à vraiment apprécier l’un des joueurs, il est possible que celui-ci reçoive un stage ou même un poste au sein de la société respective.